Corinne CARLOTAudioprothésiste Diplômée d'Etat

Accueil > Nos dernières actualités > Les Français et...
A partir du 19 octobre 2020

Les Français et l'audition

Suite à la journée nationale de l'audition, retrouvez dans cet article les résultats de l'enquête.

Quelle est la place de l’audition dans la vie des Français ? Une étude JNA-Ifop a tenté de répondre à cette question, à l'occasion de la Journée Nationale de l’Audition. Mais, mauvaise nouvelle : les résultats ne s'avèrent pas très bons. 20 millions de Français souffriraient même d'acouphènes.

Quels rapports les Français ont-ils avec leur audition ? Sont-ils inquiets de devenir sourds en vieillissant ? Pourquoi sont-ils aussi nombreux à souffrir “d’acouphènes”, ces bruits qui résultent d'un dysfonctionnement du système nerveux ? Autant de questions que s’est posée l’association JNA, en cette journée nationale de l’audition.

Les Français et l’audition : où en est-on ?

D’après les résultats de cette enquête Ifop et JNA menée auprès de 1003 personnes, pour 9 Français sur 10, le fait d’avoir une bonne audition est gage d’une bonne santé. La surdité et les acouphènes sont même au deuxième rang de leur préoccupation santé, juste après les AVC.

Les Français souffriraient de plus en plus “d’acouphènes”

Pour autant, ils sont près de 20 millions à souffrir d'acouphènes, dont 6 millions qui en ressentent “souvent”. 25 % sont concernés par ce désagrément “de temps en temps” et 12 % régulièrement.

Or, ces sensations auditives que l’on entend dans sa tête, ne doivent pas être prises à la légère.

Elles sont souvent liées à un traumatisme acoustique ou à au vieillissement de l’oreille, qui doit être rapidement pris en charge.

Par ailleurs, avoir des acouphènes de façon épisodique n’est pas inquiétant.

C’est la répétition de la perception de ce bruit qui retentit sur la qualité de vie et qui doit inciter à consulter un ORL.

Malheureusement, ce problème auditif est de plus en plus courant : en 3 ans (de 2018 à 2020) le nombre de personnes ayant déjà ressenti des acouphènes est passé de 31 % à 37 %, d’après les résultats de l’enquête.

Plus des ¾ des Français affirment également que les nuisances sonores affectent leur santé.

1 Français sur 2, quel que soit l’âge, indique rencontrer des difficultés de compréhension de la parole dans le bruit dans toutes leurs situations de vie”, indiquent les chercheurs de l’étude.

Un chiffre inquiétant, notamment lorsque l’on sait l’âge à lequel les Français subissent ces problèmes auditifs : d’après les résultats, 63 % des personnes concernées sont des étudiants.

Plus des ¾ des Français de 15 ans et plus (77 %) affirment aussi que ces bruits affectent différents domaines de leur santé : perte de concentration ; fatigue et irritabilité. Mais aussi gêne de compréhension de la parole (40 %) et acouphènes (38 %).

Écouteurs, enceintes Bluetooth… De nombreuses habitudes du quotidien sont néfastes

Les écouteurs demeurent les “outils” les plus utilisés et cette utilisation est plus forte chez les jeunes. Il est également intéressant de noter les forts scores d’utilisation des enceintes Bluetooth.

Les chiffres parlent d’ailleurs d’eux-mêmes :

  • 50 % des 15-17 ans écoutent entre 1 à 2 heures par jour de musique et 20 % entre 2 et 3 heures.
  • 42 % des moins de 35 ans déclarent s’endormir avec les écouteurs entre de temps en temps à tous les soirs.
  • 46 % des 15-17 ans et 45 % des 18-24 ans déclarent s’endormir également avec des écouteurs.

Mais cette écoute ne se limite pas au domicile. 33 % des étudiants et des actifs le feraient à l’école ou au travail !

Autre point intéressant : 37 % des Français déclarent avoir déjà ressenti des acouphènes suite à l’écoute prolongée de musique, soit une hausse de 6 points en 3 ans.

1 Français sur 2 estime être mal informé sur les problèmes d’audition

Outre ces problèmes auditifs, plus d’1 Français sur 2 estime être mal informé sur les problèmes d’audition. Ils indiquent “avoir un manque d’informations et de sensibilisation”.

Encore une fois, ce sont les jeunes qui s’estiment mal informés. (74 % des 15-17 ans, 73 % des 18-24 ans et 67 % des 25-34 ans). Seuls les plus de 65 ans se considèrent majoritairement bien informés (77 %).


Source: Louise Ballongue pour Medisite.